Top
Bottom



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

FERMETURE DÉFINITIVE DU FORUM

 

 [RP Unique - Avril] La libération


avatar
Gouvernement
Fondateur
Date d'inscription : 14/02/2017
Messages : 233
 (#Lun 2 Avr - 20:54


La libération
Ambriel 1201 E8 Q1 D3


« Ecoutez... Je vais faire court. » Assit à son bureau, monsieur Fricks tapotait nerveusement le sous-main richement décoré. Au bout du fil se tenait un contact important, peut être celui qui empêcherait sa chute « Il faut que vous me trouviez quelqu'un. Même plusieurs personnes s'il le faut. N'importe qui ! Mais restez discret. », « Bien monsieur, je vous écoute. » L'homme parla un grand moment, sa tension artérielle au maximum. Parfois, il devait s'éponger le visage. Il lui arrivait de tousser également et ce ne fut que quand il raccrocha qu'il poussa un soupir de soulagement. Il avait trouvé quelqu'un, encore fallait-il qu'il soit de confiance...
~

Dany savait exactement qui contacter et comment déployer le message. Il lui fallait du monde dans tous les secteurs, tous les domaines et, surtout, éparpillé en ville. Si en premier lieu il contacta ses propres employés, des mercenaires tout à fait classique, il se ravisa pour un public plus... Évident. Des gens qui se fondaient dans la foule comme d'autres plus en marge. La tête de ses gars était plutôt connue et, sur cette affaire, mieux valait passer incognito. S'il donna rendez-vous physiquement à certains et aux autres par téléphone, il leur service le même discours « Merci d'avoir répondu à l'appel. Comme vous le savez je m'appelle Dany et j'ai besoin de quelques mains pour une bonne cause. Vous devez certainement le connaître mais monsieur Fricks, directeur de l'éminente firme Torito, a eu quelques petits problèmes ces derniers jours. Ses détracteurs n'ont pas joué franc-jeu et ont fait appel à des ressources bien plus dangereuses que quiconque. Avant-hier, une attaque à eu lieu au siège de la société et plusieurs employés ont été kidnappés. Le problème, c'est que parmi eux, il y a Ambre et Lester, la fille et le fils de monsieur Fricks. », « Hum... Je veux bien signer pour un petit boulot mais ça me paraît risqué votre affaire... », « Vous ne serez pas seul, aucune inquiétude. Le but est de communiquer avec le gang. Nous avons plusieurs équipes : l'équipe tactique et l'équipe diplomate. L'une va y aller par la stratégie et la force, l'autre par la négociation orale. Cependant, ces vauriens l'ont joué fine : ils se sont séparés en de petits groupuscules à travers la Basse-Ville, dispersant les otages de cette manière. Ils veulent anéantir notre force de frappe. Sauf que nous avons décidé de faire appel en certaines personnes qui pourraient être nos yeux, notre bouche ou simplement notre lame. A vous de décider quel sera votre camp. » C'était une opération risquée, comme toutes les opérations après tout.

Fricks s'était arrangé pour que les médias ne polluent pas leur environnement pendant la mission. Il y aurait une majorité de mercenaires, des civils reconvertis et également quelques "amis" des forces de l'ordre. L'important était de ne pas faire peur au gang. Pas dans le sens où il tuerait les otages et passerait le message à ses potes. Ce qu'il fallait c'était jouer assez fine pour pouvoir repartir avec tous les innocents en sécurité et, surtout, Ambre et Lester, les deux joyaux de Michel FRICKS.


Explications


Coucouuu o/

Petit RP de pause pendant cette grosse intrigue ^^

Pour le début, je vous laisse vous débrouiller pour comment Dany vous contacte. Ca peut être car quelqu'un vous a recommandé, car quelqu'un vous a présenté à lui, ou simplement il vous connaissait, je vous laisse vraiment libre choix. Si ça vous arrange même, on peut vous faire croire des choses et vous vous retrouvez là un peu par hasard ^^
Il vous explique la situation : Torito dont le PDG est Michel FRICKS, a subit une attaque il y a deux jours qui a fait coulé beaucoup d'encre que ce soit dans les médias ou sur les réseaux. En effet, un de ses complexes a explosé et certains médias accusent déjà des délinquants des profondeurs. Il est également de notoriété publique que des employés aient été enlevés mais sans savoir dans quel but.
Dany vous explique que ce gang a été payé par des rivaux qui veulent voir Torito tomber à tout prix. Fricks n'est pas particulièrement attaché à ses employés mais parmi eux se trouvent son fils et sa fille auxquels il tient énormément (normal). Par peur d'être repéré ou soupçonné, il demande à son homme de main, Dany, de trouver des personnes peu traçables ou assez dissimulables pour ne pas payer les frais de cette extraction.

C'est à partir de là qu'il y a plusieurs groupes. Il faut que vous annonciez en spoiler à la fin du post si vous prenez un groupe où il n'y a que des employés, celui où il y a Ambre ou celui où il y a Lester. Celui où il y a Ambre ou Lester ne peut être prit qu'une fois, en revanche il y a autant de groupes d'employés que de PJs qui participent au RP ^^  
Les groupuscules de délinquants sont tous répartit dans la basse-ville pour justement essayer de diviser la force de frappe de Fricks. Egalement, vous pouvez infiltrer une équipe de force ou de diplomatie en fonction de ce que vous souhaitez. Le but est d'arriver à faire relâcher votre groupuscule au gang peu importe le moyen (il peut y avoir un ou deux morts du côté des otages mais essayez de limiter XD).

Date limite : 1er mai 2018

Vous ne savez pas comment fonctionne un RP Unique ? RDV >> ici <<


Gains

800 mots : 200 Den'g

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ruby
Révolté
Date d'inscription : 14/03/2018
Messages : 22

Identité
Age: 29 Ambriels
Logement: Cellula sur Piat
Corpulence: Fine
 (#Mar 3 Avr - 1:41
...Connexion au salon privé établie…



« M4D3L1N ?
- …
- Je me présente, je m’appelle Dany.
- Je sais, Dan m’a parlé de vous.
- Hum… En fait, je me permets de prendre contact avec vous, car j’ai potentiellement un contrat à vous proposer.
- Continuez, je vous en prie.
- Comme je l’ai expliqué à votre ami, je suis sur une affaire on ne peut plus délicate. En suivant un peu votre nom, dans la bouche de certains habitants, j’ai très vite compris que vous n’hésitiez pas une seule seconde à vous mouiller quand des innocents étaient aux mains de gangs de la basse ville.
- Une affaire des plus délicates vous disiez ? Dites-m’en plus… »

L’homme laissa échapper un léger soupir de contentement. Physiquement, il était chez lui. Mais virtuellement, il venait de se connecter, via son HUB Catalystique, à une salle sombre aux murs gris dépourvus de toute fioriture. Au centre de cette pièce, il y avait une table métallique. De l’autre côté de cette dernière, une silhouette féminine au visage complètement pixelisé et habillée d’un sweat à capuche rabattue.

L’échange dura une dizaine de minutes puis le silence retomba dans cette pièce.

« Vous dites que je ne serais pas seule. J’ai besoin de mon coéquipier avant tout.
- Il est prêt à vous suivre si vous acceptez.
- Très bien alors. Je suis sûr que pour retrouver certains de ses employés, votre supérieur ne rechignera pas si j’émets deux petites conditions.
- Qui sont ?
- Premièrement, vous investirez le double de ce que vous nous offrez pour cette mission, dans l’hôpital de la basse ville. De nouveaux équipements pour les défavorisés ne seront pas de trop, surtout s’il y a des blessés lors de l’évacuation. Ce ne sera pas grand-chose, certes, mais ce sera toujours mieux que rien.
- Cela ne devrait pas trop poser de problème, je suppose… Et la deuxième condition ?
- Qu’aucun membre du groupe sur lequel nous interviendrons ne s’échappe.
- Une préférence pour la mort ou la prison ?
- Quelle différence ?
- Certes... »

Deux jours plus tard, tout était en place et avait été minutieusement calculé.

« Bon… On reprend ensemble une dernière fois ?
- Oui.
- Très bien. Donc les terroristes gardent les otages dans un vieux hangar.
- Dès que les gars commencent à manger et relâchent un peu leur vigilance je me connecte, via un dispositif d’émetteur à champs de fréquence courte portée, à l’une des alarmes des fenêtres des bureaux à l’étage.
- Bien, ensuite ?
- Ensuite une fois cette dernière désactivée : je rentre, me dirige vers les anciens vestiaires des femmes, et débranche le générateur de secours qui assure le relai entre toutes les alarmes, l’électricité qui parcours les portes d’entrée et qui les relient aux détonateurs.
- C’est ça. Et à cet instant seulement l’équipe d’intervention pourra entrer et neutraliser les ennemis sans perdre les otages.
- Faut vraiment être dégénéré pour faire s’asseoir des gens sur des explosifs.
- Ouaip... »

La voix de son homme était emplie de tristesse alors qu’elle-même bouillonnait de rage. Mais ce qu’il lui dit, aida à faire redescendre la pression :

« Tu es sure que tu veux le faire coeur ?
- Oui, je suis la seule à connaître les toits de ce quartier aussi bien et être assez discrète pour ne pas me faire repérer. Tu te vois toi, du haut de tes deux mètres passés et avec ton vertige, sur le toit du hangar ?
- Nan… T’as raison. Mais je stresse toujours un peu, c’est normal, je suppose, quand on tient à quelqu’un.
- Je t’aime.
- Moi aussi.
- Aller c’est l’heure ! »

Elle lui donna un baiser puis ouvrit la porte du local dans lequel ils se trouvaient. Elle salue de la tête le groupe hétéroclite d’hommes prêts à intervenir et se dirige vers celui qui chapeaute les opérations.

« J’y vais. J’espère qu’ils n’ont rien changé depuis votre dernier scan des locaux.
- Aucune chance, ils ne pensent jamais par eux-mêmes. Et ils n’ont pas encore reçu d’ordres de qui que ce soit.
- On verra une fois dedans. De toute façon je n’y vais pas en aveugle ! » dit-elle en pointant du doigt sa lentille connectée. Au même instant, les deux protagonistes se retournèrent alors au son d’un petit bruit sur une fenêtre derrière eux : Dan leur faisait son plus beau sourire et cela fit rire Ruby. L’homme leva les yeux au ciel en priant que ces deux-là ne fassent pas tout rater, sans quoi ses hommes n’auraient plus d’utilité, sans otages à libérer.

La nuit était fraîche, la brise nocturne venait caresser le visage de Ruby alors qu’elle contemplait une partie de la basse ville, perchée sur une structure qui avait depuis longtemps perdu sont utilité première. Un immeuble de bureau ? Une bibliothèque ? Un centre de recherche ? Il ne restait rien ici qui puisse lui indiquer quoi que ce soit. Elle accrocha sa corde à l’un des piliers centraux et la jeta dans le vide, par un pan de mur disparu. Tout était calme, aucun bruit ne venait déranger la quiétude de la ville en contrebas. Se laissant lentement glisser dans le vide, grâce aux roulements de son treuil de poche enserrant le nylon, elle sentait l’adrénaline grimper à vitesse maximale dans ses veines. Elle descendait de plus en plus vers l’un des toits voisins de l’entrepôt et pouvait déjà apercevoir les membres de l’unité d’assaut quelques blocs plus loin.

Une fois devant sa fenêtre d’entrée, Ruby sorti son portable cylindrique et en déploya les deux battants. L’alarme de la fenêtre était certes de bonne qualité, mais n’empêcherait en rien la jeune Hacktiviste de remplir sa mission. Tout se déroula parfaitement dans les premières minutes. Elle ancra sur le mur extérieur, au niveau de l’alarme, un petit objet électronique que le fameux Dany lui avait fait passer pour la mission. Puis elle revint devant la fenêtre, s’y connecta à distance et enclencha le champ courte portée : elle avait désormais accès au pare-feu de l’alarme se trouvant de l’autre coté du mur. La désactiver ne prit que quelques secondes. Elle entra à pas de velours et ne bougea plus.
Son HUB venait de s’activer.

« Je suis là coeur. Tu vois rien là-dedans hein ?
- …
- Je sais que tu ne peux pas parler, c’était une question rhétorique. C’est parti, on y va ensemble et une fois de plus je vais être tes yeux. »

Son homme la guidait à travers des anciens bureaux administratifs dans lesquels elle se déplaçait. Lui donnant le nombre de pas à gauche, à droite, quand avancer, quand tourner. Elle se dirigeait d’une bonne allure vers la pièce attendue, quand soudain :

« Merde, y’a un garde qui est apparu à quelques mètres de toi ! Je ne voyais rien sur le scanner avant ça ! Prends à gauche, vite ! Plaque-toi contre le mur, ferme ton oeil et ne respire plus ! »

Ruby vit le faisceau de la lampe torche avant de voir la silhouette d’un homme armé qui tenait cette dernière. Il avançait tranquillement sans vraiment être en alerte.

« Secteur quatre, R.A.S.
- Il est passé, tu peux rouvrir les yeux. Tu dois agir vite, ils donneront l’assaut dès que tu auras craqué le système du générateur de secours. Go, go ! »

Son coeur battait la chamade, elle n’entendait rien d’autre dans ce pseudo silence que le battement du sang dans ses tempes, mais pas les éclats de voix loin en bas, les quelques pleurs ou plus rarement des insultes envers un otage peu coopératif.
Une fois face à la pièce recherchée, elle y entra et se dirigea vers le vieux générateur électrique. Une simple formalité pour elle, ce n’était pas difficile, seulement un peu long.

« Je te vois mal sur le scanner, j’ai l’impression que le générateur créer des interférences… Encore ! Un gars se dirige vers toi, il sera là d’ici une trentaine de secondes. Bouge ! Sors de là !
- Non, pas question c’est bientôt fini, chuchota-t-elle, si je ressors maintenant je devrais attendre une quinzaine de minutes.
- Putain il approche ! Bouge, bouge ! »

Ruby vit encore une foi le faisceau avant l’homme, qui petit à petit se rapprochait de sa localisation. Elle laissa son portable connecté et fit le tour de quelques vieux casiers rouillés. L’homme n’aperçut pas le matériel et continua son chemin, mais lorsque le logiciel du générateur fut craqué, il émit un bip retentissant. L’homme revint en arrière et se dirigea droit vers l’ordinateur.

« Coucou ! »

Quand il se retourna vers Ruby, il fut totalement surpris par ce qu’il voyait. Assez pour permettre à cette dernière de lui envoyer un violent coup de pied dans les parties, le neutralisant par la même occasion.
Tout en refermant son chemisier, elle retourna vers son ordinateur.

« C’est bon, ils peuvent entrer »

Puis les premiers coups de feu retentirent au rez-de-chaussée.

Ce soir-là, il n’y eut aucun blessé parmi les otages de cet entrepôt.


Qui-que-qwa?:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Antinomia :: Moscou :: Basse-Ville-