Top
Bottom



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion


 

 Astoria Byrkova - Belle et Rebelle


avatar
Astoria V. Byrkova
Date d'inscription : 09/11/2017
Messages : 7

Identité
Age: 29
Logement: Dans la rue
Corpulence: Rachitique
 (#Jeu 9 Nov - 21:24
ASTORIA VESPERTINA BYRKOVAIdentite
Nom(s) : Byrkova
Prénom(s) : Astoria Vespertina
Surnom(s) : Espérine
Genre :
Âge : 30 ambriels
Orientation sexuelle : Ne s'en préoccupe pas
Origine(s) : Irlandaises, Polonaises par ses ancêtres & Russes par ses parents
Niveau de dangerosité : 0
Niveau de vie : Indigent

Groupe : [] Augmenté [X] Natives
Faction : [] Réceptifs [X] Révoltés [] Récalcitrants

Corporation : Libertaire
Métier : Rebelle
Rang : I

Personnage utilisé en avatar :
Code:
Astoria Byrkova - [i]Agent Ciperas de BLUEZIMA[/i]


Possessions

Un couteau papillon
Un spray aveuglant
Un vieux médaillon ayant appartenu à sa mère
Un masque en forme de tête de loup

Fiche médicale

Poids : 57KG
Taille : 176CM
Couleurs des yeux : bleus
Couleur des cheveux : roux
Particularité(s) physique notable(s) : quelques petites cicatrices sur le corps
Corpulence [une seule réponse] :
[X] Rachitique [] Fine
[] Moyenne
[] Massive [] Athlétique
[] Embonpoint [] Obèse
Allergies : /

Psychologie

Il y a des jours où je ne vois aucun intérêt à m'attarder sur des détails de ma vie. Des détails de ma vie. Ma vie elle-même est un détail, voilà pourquoi ni moi ni les autres ne nous attardons dessus.
Parfois, du matin quand je me lève, au soir quand je me couche, j'ai ce refrain dans la tête, qui ne cesse de me hanter. Une mélodie d'antan, résonnant dans la bouche de ma mère avant que le souvenir ne dérape et que celle-ci soit égorgée froidement, bullant la fin de la berceuse dans son propre sang avant de s'éteindre. Il arrive que ce soit en dormant et que ça me réveille. La transpiration coule dans mon dos et mes tempes me font un mal de chien. Je n'ai plus aucune excuse pour retenir la bile dans mon estomac et une fois sur deux, elle ressort avec violence. C'est à ce moment-là que je ressens la faim incessante me tordre les boyaux, me faire comprendre que je suis vivante et affamée. Ces moments que je vis si mal, seule et contre tous.

Il n'y a donc aucune raison que j'étale une bribe de ma vie. Il s'est passé ce qu'il s'est passé et en parler ne changera rien aux événements tragiques. Il faut que je me batte, c'est comme cela que j'ai grandi et c'est de cette manière que je me suis forgée. Indépendante, guerrière, violente et ingénieuse. Si je n'arrive pas à réfléchir correctement, alors je ne m'en sortirai jamais. Il ne fallait pas que je tombe malade, car si je ne survivais pas, alors toute ma famille serait morte pour rien. J'avais envie d'y arriver, la rage de me battre. La haine des augmentés me portait et me rendait vivante à chaque dériel qui passait. Il fallait que je m'en sorte, coûte que coûte. Aucune erreur ne m'était permise et c'était une rigueur que je m'infligeais. J'étais intransigeante avec moi-même, il le fallait.

Je n'éprouvais plus rien mis à part cela, car c'était nocif, ça me ralentissait. Je n'avais pas envie de me laisser endiguer par des sentiments qui n'avaient pas leurs places dans ma vie. Des ressentis que je n'avais pas le temps d'avoir, simplement. Il ne fallait pas que je m'affaiblisse, sinon je courrai à ma perte. Je l'avais déjà constaté et je ne pouvais plus faire cette erreur.
Histoire

Maman ! Papa ! NON !

Je me réveille en sursaut, mon front dégoulinant de transpiration. La pénombre envahit les lieux et quand je jette un œil sur les grandes ouvertures (qui devaient avoir des vitres à une époque lointaine) je vois que le jour est loin de se lever. Autour de moi, quelques sources de lumière éclairent la pièce et j'entends le ronflement de deux hommes, un peu plus loin. Heureusement pour tous, j'ai retenu mon cri lors du cauchemar, permettant à ces pauvres hères de poursuivre leur pitoyable nuit. Lorsque je regarde ma main, j'ai l’impression de sentir encore la chaleur du feu, qui était si présente dans mon songe. J'ai eu la sensation que mon corps entier se carbonisait et celui de mes parents également, juste sous mes yeux.

Je décide de me lever, ne pouvant rester plus longtemps allongée. Les lambeaux qui me servent d'habits de nuit sont trempés et je cherche une source d'eau courante pour pouvoir me rafraîchir. Le building dans lequel je vis est totalement délabré, sale et nous vivons en communauté avec les animaux des égouts. Ainsi, je dois monter à l'étage pour trouver l'objet de mes désirs : une salle de bain que nous avons retapée il y a un ambriel, car beaucoup d’entre nous sont morts par manque d’hygiène. Je prends le temps de respirer, me ressourcer et faire le vide. Le miroir brisé accueille mon reflet et je peux voir sans mal ma peau livide, mes cheveux gras et emmêlés ainsi qu’une peau contusionnée. Cela fait des jours que je trotte dans toute la basse-ville pour trouver des vivres. Nous sommes dans une période difficile et nous avons de plus en plus de squatteurs avec nous.

Ce qui est « marrant » c’est que même si je fais partie du mouvement de la Révolte, aucun de nous ne somme traités à l’égal de nos semblables, un peu plus aisés. Quand nous nous rassemblons, les différences de comportement et de vie sont notables et, pourtant, personne ne cherche à nous aider. Car dans ce monde, personne n’aide personne, c’est comme ça que ça marche par ici. On nous laissait dans la fange et bien qu’on se battait pour les mêmes idées, ce n’était pas pour cela qu’on se faisait tous confiance. Ça fait cinq ans, peut-être un peu plus, que je suis dans le mouvement et ma vie n’a jamais évolué. Soit je me bouge le cul, soit je crève, terminé.

Perdue dans mes pensées, je ne sens pas les bras qui enserrent mon corps et forcent sur l’étreinte. Dans le miroir, je vois une jeune fille, plus petite que moi, sa tête posée sur mon dos. Le bond de mon cœur se calme et je lui fais comprendre que je me retourne, face à elle. Elle me lâche, me regardant dans les yeux, la mine triste, déçue.

Tu as encore fait un cauchemar ?

Jin est une jeune femme pleine de vie et très empathique. Elle doit avoir vingt ou vingt-et-un ambriels et m’a prise en affection il y a deux ou trois ambriels. Elle a été abandonnée et je lui ai tendu la main, point final. Depuis lors, elle me suit partout et s’est même engagée dans la Révolte. Je ne suis pas sûre qu’elle soit mue du même sentiment que moi envers ces foutus Aug’, mais elle fait bien son taf et c’est tout ce qu’on lui demande.

Oui. Désolée de t’avoir réveillée.
Je ne dormais pas.

Jin est insomniaque. Depuis l’abandon par sa famille et sa nouvelle vie dans la basse-ville, elle l’est devenue un peu malgré elle. Il n’est pas rare que je la voie dormir deux heures avant de la trouver réveillée depuis trois. D’un côté, je plains sa condition et d’un autre, je ne préfère pas m’y attarder. J’ai moi-même du pain sur la planche et il n’est pas dans mes habitudes de m’embarrasser des problèmes des autres. Mais il est vrai que cette petite était affectueuse et c’est compliqué de la rejeter. Elle n’a pas mérité ce qui lui arrive –comme nous tous- et d’un côté, je n’ai pas envie qu’il lui arrive quelque chose… De pire.

J’ai tellement envie de t’aider… De te soulager de cette peine…
Ne t’inquiète pas Jin. Je vis avez depuis bien assez longtemps pour m’y être habituée. Tu n’as pas à porter ce fardeau, c’est le mien. Je retourne me coucher.

Légèrement agacée je lui passe à côté, mais elle me talonne en voulant me parler. Je suis une solitaire et je l’ai toujours été. Je ne comprends pas le dévouement de cette fille envers moi et en aucun cas je ne le souhaite plus longtemps. Mais je n’y peux rien, personne n’y peut rien, même pas elle je crois bien. Comme mes cauchemars… Je n’ai jamais eu une vie facile. Entre mes frères aussi perturbants que perturbés et moi, la casse-cou de service, mes vieux parents étaient très souvent excédés. Nous vivions dans un pauvre appartement à Piatniskaïa, derrière un panneau lumineux qui nous éclairait comme en plein jour, qu’importe l’heure. L’argent ne poussait pas sur les arbres et les géniteurs travaillaient d’arrache-pied pour nous nourrir. On survivait tout juste. Un jour, le panneau lumineux défaillant pris feu et notre appartement, celui d’en dessus et celui d’en dessous également. Notre père nous jeta littéralement dehors, sur le parvis dans le couloir du grand bâtiment, pour ne pas que les flammes nous lèchent. Mais ma mère n’avait pas eu le temps de sortir de la chambre et mon père refusait de ne pas essayer au moins de la sortir de là. Résultat, ils y restèrent tous les deux. Quand les guerriers du feu vinrent nous secourir, nous étions interdits devant la porte de notre demeure, les larmes plein les joues.
Étant encore mômes, nous avons été placés dans des familles aux revenus médiocres. Un de mes frères, le plus grand, n’a pas tardé à se suicider. De ce que j’en sais, le cadet, lui, est interné en psychiatrie. Je ne sais ni pourquoi, ni comment, mais ma famille n’existe clairement plus. Tout est parti à vau-l’eau.

Vers mes quinze ambriels, j’ai commencé à fréquenter des gens peu recommandables. Ils ne m’ont fait aucun mal et n’ont pas cherché à me droguer ou abuser de moi. Non, c’était juste des ratés et je me suis sentie à l’aise en leur présence. Car je n’ai pas valu mieux qu’eux à cette époque et au moins ils ne m’ont pas jugé. Ni moi ni mon état pitoyable.
Petit à petit, la haine a pris le pas sur ma tristesse. J’ai trouvé tout injuste et j’ai voulu me battre contre ça. Contre cette infamie de laquelle je ne comprends, encore à l’heure actuelle, aucun tenant et aboutissant. Et ça a été remarqué. La Révolte m’a contacté plusieurs fois pour de petites missions sans lendemain, très ponctuelles. Je leur ai montré mon dévouement et mon envie de renverser ce système stupide. Ils se sont servis de ça pour attiser ma haine et me faire comprendre que les responsables, ce sont les Augmentés. Cette mauvaise herbe qui ne cherche qu’à gangréner le pays, qu’à contrôler tous ceux qui sont encore organiques, Humain. Le peu de fois où j’en avais rencontré, je me suis rendu compte de la colère qui a grondé en moi. Ils m’ont donné toutes les raisons de les détester un peu plus chaque jour durant et mon plus gros problème quand je monte d’un étage, dans cette ville qui se veut si parfaite, c’est d’affronter tous ces hypocrites métalliques. Ceux qui ne vivent que pour avoir la puissance, le pouvoir et marcher sur des cadavres pour y arriver. Ceux qui n’en ont rien à faire que nous crevions dans nos bas-fonds, s’ils peuvent avoir leur piqûre de Transidine et préparer leur corps à un nouvel implant. Les gens sont obsédés par tout cela, ils ne distinguent plus le bien du mal et le juste de l’injuste. Ils sont égoïstes et la société n’aide pas à ce que ça s’arrange. Tout le monde se bas pour sa propre cause, mais moi, clairement, j’ai envie de me battre pour tous ceux qui vivent dans ce bâtiment pourri à choper des maladies qui les tue. Pour ce professeur que sa femme a quitté et qui a tout perdu, pour ce chercheur qui s’est fait destitué pour une faute professionnelle qu’on lui a mis sur le dos alors qu’il était innocent, pour cet agent de service qui s’est fait humilié plus bas que terre à cause de son handicap, pour moi, pour mes frères, pour mes parents.

En me rallongeant sur ma couche, je sens mes larmes prêtes à déborder de mes cils. Le dos de ma main frotte mes yeux et sèche rapidement toute trace d’eau salée. Il est interdit de pleurer ou de baisser sa garde. Il faut rester fort et plein d’énergie, car, sans ça, je n’arriverai jamais à mes propres fins. Je mets du temps à retrouver le sommeil, mais, étrangement, toute trace de cauchemar a quitté mon esprit.

H.R.P.

Grâce aux top-sites ! L'univers m'a bien plut ^^

Code : Code validé by Jasper




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jasper Kovachev
Administrateur
Date d'inscription : 31/08/2017
Messages : 49

Identité
Age: 28 ans
Logement: T2 à la caserne
Corpulence: Moyenne
 (#Dim 12 Nov - 12:31
Bienvenuuuuue Exclamation Exclamation

Pardon pour ce retard d'accueil ma petite, j'ai eu une fin de semaine chargée Fear

J'ai validé ton code et je te souhaite bon courage pour la fin de ta fiche keur keur  Ta petite a l'air... hum... mignonne ! Very Happy


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Anya
Date d'inscription : 06/03/2017
Messages : 74

Identité
Age: 24 Ambriels
Logement: appartement étudiant / maison familiale
Corpulence: Athlétique
 (#Dim 12 Nov - 15:38
hu hu bienvenue jolie perle vermeille I love you !


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ethan
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 16

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Dim 12 Nov - 21:28
Coucou douce et gentille demoiselle! Exclamation

Bienvenu chez les fous! (comme tu auras pu le constater sur le flood Laughing )
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Astoria V. Byrkova
Date d'inscription : 09/11/2017
Messages : 7

Identité
Age: 29
Logement: Dans la rue
Corpulence: Rachitique
 (#Mer 15 Nov - 1:44
Merci à tous pour votre super accueil I love you

J'espère que ma fiche conviendra. J'ai mis du temps à la terminée car ces derniers jours ont été mouvementés ! Si quelque chose ne va pas, je me tiens à la disposition du Staff Laughing



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Jasper Kovachev
Administrateur
Date d'inscription : 31/08/2017
Messages : 49

Identité
Age: 28 ans
Logement: T2 à la caserne
Corpulence: Moyenne
 (#Mer 15 Nov - 10:36


FÉLICITATIONS
Tu es validé !


Ta petite a beaucoup de potentiel et j'ai hâte de voir la suite en RP Laughing  
Tout est en règle. En tout cas bravo à toi pour cette fiche dûment complétée !    

Je m'occupe de te mettre ton groupe, ta couleur et de classer ta fiche de présentation. Pour nous aider, tu peux d'ores et déjà mettre le lien de ce sujet dans la case "Présentation" qui se trouve dans ton profil (PDA dans la barre des menus). Dans cette même section, tu as un onglet 'Identité', pensez à l'activer et à remplir les champs en fonction de ton personnage.
Si tu as des capacités, nous déterminerons seulement l'effet permanent et non le temporaire, car nous estimons que la ou les capacités que tu as, ont déjà vu leurs effets secondaires estompés.

Nous t'invitons dès à présent à suivre ces petits liens qui t'aideront dans la suite de ton aventure sur Antinomia, et qui te permettront même de te faire des amis  

Pour toutes questions, le Staff reste joignable par MP alors n'hésite pas !

Bon jeu parmi nous  

Le sujets de base à lire et relire :
Histoire - Contexte - Chronologie - Calendrier - Actu admin.


Les liens complémentaires :
Fiche de liens - Demande de RP - Carnet RP - Une maison ! - Evolution - Flood &
Discord
- FAQ




Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Antinomia :: La douane :: Passeport :: Présentations validées-