Top
Bottom



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

FERMETURE DÉFINITIVE DU FORUM

 

 [Terminé] Savoir se rendre humble... [Libre/Solo]

Aller à la page : Précédent  1, 2

avatar
Ethan
Assumé
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 133

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Mar 20 Mar - 17:10


Les deux dériels qui suivirent furent les mêmes, sans bien sûr l’escapade avec Fred dans le café. Je cherchais sans rien trouver, encore et encore. Le troisième soir, nous sommes restés un peu plus tard avec Jérôme pour terminer les papiers des commandes du lendemain, bien plus conséquentes qu’à l’accoutumée. Je savais que les gars ne chômeraient pas le dériel suivant. Alors que je relevai les yeux des papiers et les coudes du bureau, je poussai malgré moi un long soupir :

« Je sais mon grand, les journées comme celle-ci ne sont jamais évidentes… Mais on n’a pas vraiment le choix. Lève-toi un peu, dégourdis-toi les jambes et reviens si tu veux ! »

Un regard de profonde bienveillance était inscrit sur son visage. Puis il reprit avec une pointe de malice dans le regard :

« Et si d’aventure tu désirais te prendre un café, pense à ton vieux chef ! »

Nous éclatons alors tous deux d’un rire fatigué, mais tout de même réconfortant.

« Allez, je paye ma tournée. Juste un café ?
- Juste un café… Double !
- Très bien alors. »

Je descendis les escaliers, me dirigeai vers la salle de repos et récupérai machinalement les deux cafés. La question restait malgré tout en suspens dans ma tête, depuis trois dériels, comme une tâche de fond qui vous consomme une partie de vos ressources. Après tout, je pouvais peut-être essayer d’en discuter avec quelqu’un. Pas de toute l’affaire, non ! Juste de ce prénom, ou ce nom en fait, je n’aurais su le dire. En remontant, je me rendis compte que je n’avais pas croisé Fred depuis deux jours, il cherchait certainement à m’éviter au plus haut point… Ce que je comprenais aisément.

« Et voilà un double noir, sans sucre.
- Merci Ethan ! Voilà qui me redonne le sourire !
- Je finis par savoir comment gagner des points avec toi ! Tiens d’ailleurs, blague à part, je voulais te demander quelque chose qui me distrait un peu depuis quelques jours…
- Tout va bien j’espère ?
- Oui, oui. Aucun vrai problème. Juste que je suis tombé sur un nom en... »

Je me penche en avant et dis à voix basse, un air contrit sur le visage :

« Écoutant une discussion des filles dans les bureaux.
- Ah! Eh bien bravo ! C’est du joli ça ! » s’exclama-t-il, un grand sourire dessiné sur le visage contrastant avec le ton faussement moralisateur qu’il venait d’employer. Je me redressai alors et posa une main sur ma poitrine en reprenant :

« Mais comment pouvais-je résister ? J’étais persuadé que ces douces demoiselles parlaient de moi et de mon charme naturel !
- Oui bon… Ethan faut redescendre un peu sur terre là… Tu es pas mal, mais je suis largement plus beau que toi ! »

Et nous repartîmes d’un éclat de fou-rire qui nous fit véritablement du bien au moral après cette journée ennuyeuse au possible.

Puis en reprenant mon sérieux, je lui expliquai simplement que j’avais entendu un nom qui ne m’était pas inconnu, mais sur lequel je n’arrivais pas à remettre un contexte.

« Bakster dis-tu ? Hum… Ce nom… Ne me dis absolument rien ! »

Il me regarda en haussant les épaules, ses yeux trahissant un vide considérable et son visage faisant une petite moue aux joues gonflées par l’ignorance.

« Désolé Ethan !
- Non, tant pis, il n’y a pas de mal !»

Je ne saurai jamais exactement pourquoi mon père choisit précisément ce moment pour appeler le bureau, mais la coïncidence fut plutôt surprenante.




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ethan
Assumé
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 133

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Mer 21 Mar - 23:20


Le matériel étant de mauvaise qualité, tout le monde pouvait plus ou moins entendre ce qui était dit dans le fin casque-oreillette, quand la pièce était silencieuse.

« Allô ? Oui !
- C’est moi.
- Bonjour Monsieur le Directeur ! Que puis-je pour…
- Branche les infos, canal 187.
- Euh… Oui monsieur, mais…
- Fais ce que je te dis Jérôme.
- Oui monsieur, bien monsieur. »

Jérôme était véritablement surpris d’un ton aussi sec et cassant de la part de mon père. Certes ce dernier n’a jamais vraiment eu un caractère que l’on pourrait décrire de simple, mais, cette fois-ci, il paraissait particulièrement excédé par quelque chose. Il tourna son écran d’ordinateur et me permit, sans le savoir, de regarder en même temps que lui ce qu’il y était afficher.

« Exactement Yulia, nous ne savons pas encore si la police à relevé des indices concluants, mais apparemment, comme vous pouvez le voir sur les images retransmises par notre drone il y a moins d’une heure, un cambriolage aurait certainement eu lieu ici. Et comme vous pouvez le constater par ce carnage, il aurait très certainement mal fini pour les occupants de l’appartement. Malheureusement, peu de temps après notre arrivée, les forces de l’ordre fermèrent les rideaux de cet appartement situé, je le rappelle, au trente-deuxième étage d’une tour de Piatnitskaïa. Ils se refusèrent à tous commentaires et nous ne... »

Quand mon père reprit la parole, celui qui me faisait face coupa le son tout en laissant l’image défiler.

« Tu sais quel appartement c’est ?
- Non, pas vraiment...
- Tu m’as pourtant fait deux rapports de deux pages concernant leurs absences inopinées et leur manque de professionnalisme. Tu sais : hier ET aujourd’hui !
- Non… Ce n’est pas possi…
- As-tu au moins appelé chez eux ?
- Non, mais… »

Mon supérieur devenait de plus en plus blanc au fur et à mesure que la discussion avançait.
Je pouvais entendre mon père, de l’endroit où je me trouvais, alors j’osais à peine imaginer le volume sonore que subissait son oreille à cet instant.

« Alors, dorénavant renseigne-toi auprès des intéressés avant de me soûler avec des choses comme ça ! Suite à ton insistance, alors que j’étais en dîner d’affaire dans le quartier proche, j’ai dépêché mon assistante pour qu’elle aille vite contrôler à leur domicile et depuis deux heures elle a les yeux dans le vide et pleure sans discontinuer ! Tu auras aimé être sur place toi ?
- Eh bien, c’est-à-dire que...
- Sans parler du fait que, à cause de toute cette histoire, l’on va peut-être perdre un gros contrat !
- Je suis désolé patron je… Je…
- Ouais, bah faudra réfléchir un peu et suivre les putains de protocoles établis en cas d’absences. Les bases bordel, les bases ! Primo : On appelle. Ensuite, on rappelle et enfin, on envoie un coursier le troisième jour.
- …
- Je vais contacter la famille. Je te laisse. »




Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ethan
Assumé
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 133

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Mer 21 Mar - 23:29


Jérôme était livide.

Quand je levais les yeux vers lui, j’avais en face de moi un homme que je ne connaissais pas, ou plus. Il avait les mains tremblantes, il regardait toujours l’écran, son casque était toujours en place, bien que déconnectée de l’appel. Et moi ? En fait… J’avais déjà compris à la moitié de l’appel ce que c’était, mais surtout qui en était la cause. Je devais avant tout garder un semblant de distance avec l’évènement. Faire croire que je ne savais rien de rien et que cela m’en importait peu. Ce n’était pas bien difficile, car je ne les connaissais pas vraiment et, à vrai dire, si on considère le fait qu’il n’était pas vraiment important pour moi d’une quelconque manière – en dehors de leur trafic – ce qui me dérangeait le plus n’était pas qu’ils soient morts. Ce qui me dérangeait c’était qu’ils furent assassinés.

Putain, j’avais remué un paquet de merde et des gens en avaient fait les frais.  Pourquoi ne pas s’être uniquement débarrassé de Fred ? Était-ce un message ? Une preuve ? Un exemple pour qui trahirait le gars en question? Et surtout pourquoi ne pas s’en être pris directement à moi ?
Peut-être n’en savais-je pas assez ?


Je me posais des centaines de questions, et chaque question m’en apportait encore autant d’autres. Je sentais mon sang se glacer dans mes veines. Je repensais soudain à l’impression d’avoir été suivi les jours précédents et je m‘horrifiais en comprenant que c’était très certainement le cas. Qui que ce soit, il a les moyens de se débarrasser de deux personnes en pleine journée, chez elles.

« Nan mec, l’autre gars est taré, je ne sais pas qui c’est, mais il réussit à mettre mon... associé dans un tel état de frayeur, aussi loin que je me puisse me souvenir, j’n’avais jamais vu ça chez lui... »

Effectivement… Il y avait vraiment de quoi être effrayé. Je l’étais désormais. Et je ne savais pas quoi dire ou quoi faire…

« … un certain Bakster… pseudo chimiste…  »

Putain, où venais-je de foutre les pieds ?
Je regardais Jérôme, il ne savait plus quoi faire lui non plus. Les images du canal 187, informations en continu, tournant en boucle sous ses yeux. Je voyais ces yeux lentement devenir humides. Ayant posé ma main sur son épaule, j’essayais de le réconforter comme je le pouvais.
Mon ventre me brûlait, une sensation de peur intense mêlée à autre chose.

Peut-être un fond d’excitation.





Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ethan
Assumé
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 133

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Mer 21 Mar - 23:34


Nous sommes restés là, sans nous regarder, sans même faire attention à l’autre réellement – surtout lui – et pour tout dire il nous fallut un bon moment avant que le silence ne soit brisé par quelques mots bredouiller tristement :

« Pourquoi faire une telle chose ? Ici, à Moscou, à des personnes qui n’ont rien demandé si ce n’est survivre comme ils le peuvent… C’était de bons travailleurs, qui ne rechignaient jamais à faire des heures, et un père remarquable avec son fils qui plus est !
- Certainement un junkie allumé à la neuripdine, ou une autre substance dans le genre... » dis-je en tentant d’être le plus crédible possible. Je savais que je ne l’étais pas, mais je savais aussi que Jérôme ne m’entendait peut-être plus.

« Tu crois qu’ils ont souffert ? Tu crois que si j’avais appelé, comme le protocole le stipule, ils auraient encore...
- Ne dis pas ça, c’est impossible.
- Impossible d’avoir appelé au bon moment ou impossible de les avoir aidé ?
- C’était impossible de tomber au moment opportun. Il aurait pu arriver n’importe quoi entre-temps d’autre. Et tu ne connais pas encore le futur mon ami. »

Malgré tout, je comprenais presque ce que voulait dire Jérôme. Au moins je le rejoignais dans le fait que personne ne devrait mourir comme ça et que la ville devrait assez être sécurisée comme ça pour ne pas avoir à encourir le moindre risque chez soi !

Je décidais de rentrer chez moi ce soir-là. Je devais me calmer et réfléchir à une marche à suivre. Après tout, j’étais potentiellement une cible et jusqu’à preuve du contraire, j’étais seul pour faire face à ce problème. Seul ? Pouvais-je en parler à qui que ce soit ? Pouvais-je vraiment risquer la vie de quelqu’un en le mêlant à tout ceci ? Il me restait toujours la solution d’aller à la police raconter toute mon histoire, mais aussi la possibilité de tout balancer de manière anonyme et voir ce qu’il se passe…

Je devais réfléchir.

Je devais… Dormir.

En fait j’avais besoin de repos.

Mon corps n’en pouvait plus et mon esprit avait du mal à se reposer ! Si par malheur je ne me reposais pas un peu plus, je risquais de ne pas pouvoir réfléchir clairement quand je devrai choisir exactement quoi faire. Et je savais que ça me porterait défaut, encore.

Il était vraiment temps que j’arrête de faire ce qui me passe par la tête et que je commence à faire travailler ma matière grise, car les gens allaient enquêter. La question n’était pas « Si ? », la bonne question était « Quand ? ». Si par malheur c’était fait correctement, on risquerait certainement de venir me voir. Je ne devais pas oublier que la dernière fois où je lui ai parlé, je l’ai tout de même humilié devant un paquet de personnes.


Il fallait vraiment que j’arrête de faire ça moi...





Revenir en haut Aller en bas

avatar
Gouvernement
Fondateur
Date d'inscription : 14/02/2017
Messages : 233
 (#Mer 21 Mar - 23:34
Le membre 'Ethan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réputation' :
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
 (#
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Antinomia :: Moscou :: Central-