Top
Bottom



 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion


 

 Savoir se rendre humble... [Libre/Solo]


avatar
Ethan
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 28

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Mer 8 Nov - 0:56


Voilà trois Eriels que je suis sorti de l'école de commerce, trois Eriels que j'ai ré-emménager avec mon vieux, après de si nombreuses années sans autres nouvelles de lui qu'un simple mot pour mon Ambriversaire... Et maintenant que je sors diplômé et major de promotion, le voilà qui se pavane dès qu'il le peut, devant tout le monde en me présentant comme un enfant prodige, alors que la seule considération qu'il m'offrait était celle que l'on peine à accorder à un chiard prodigue - sous la mauvaise influence de ma mère certainement. Un faire-valoir fils-objet, voilà tout ce que je suis devenu! Dans l'absolu, je pourrai toujours y voir une nette amélioration de mon statut... Enfin, passons, le voilà qui cherche à combler toutes ces années vides et perdues, pendant lesquelles j'aurai presque réussi à oublier son visage; années où le fossé qui nous séparait quand j'étais enfant s'est lentement changé en ce gouffre insondable qu'il est désormais.

Et pourtant, on dirait qu'il ne se rend compte de rien. Quand je le regarde parler de moi, c'est comme s'il avait oublié ses propres paroles, ses propres pensées exprimées le jour où ma génitrice est morte. Comme s'il n'avait jamais dit un mot.

« Dès demain, tu iras en internat. Je ne peux pas m'occuper de toi. De tous les rôles que j'aurais pu lui donner, elle n'avait simplement qu'à t'éduquer convenablement, faire de toi un enfant dont je serai fier plus tard. Jusqu'au bout, elle n'aura été que déceptions. Jusqu'au bout, elle n'aura qu'engendré souillures et problèmes. Maintenant que le mal est fait, je n'ai d'autre choix que de te livrer à une institution stricte qui saura effacer la mauvaise éducation et le mal que ta pute de mère nous a causé à tous les deux, mon fils. Demain, tu pars et tu reviendras en homme, ou ne reviendra pas du tout. »

Le lendemain se déroulait son enterrement, je n'avais que huit Amb's et je n'ai pas pu y assister... Non pas que je l'aimais, elle ne m'avait jamais vraiment démontré d'amour, à ses yeux je n'étais qu'un outil de plus pour atteindre mon père. Mais merde... Ça restait ce qui s'apparentait le plus, de près ou de loin, à une figure parentale dans ma vie - quand elle n'était bien sûr ni saoule, ni droguée.

Bref… Ressasser tous ces problèmes ne me mènera à rien, c’est juste simplement pathétique de sa part et je suis presque même persuadé qu’il ne se rend compte de rien, que tout ceci est normal pour lui, naturel.
Son statut et son argent valent plus que n’importe quoi et, croyez-moi, c’est ce qui le perdra.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ethan
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 28

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Mer 8 Nov - 1:24


Mes premiers Dériels ne se sont pas tout à fait passés comme il l’aurait pensé. En effet, j’ai non seulement désiré faire la visite complète de tous les locaux, de rencontrer chaque personne travaillant dans l’usine ou dans nos bureaux, et surtout j’ai cherché à prendre tout le monde à contre-pied :

« Alors Ethan, tu as visité tous les lieux ? Et rencontré tout le monde personnellement ? Je pensais que te présenter à la petite fête, le jour de ton arrivée, aurait suffi, mais après tout tu es libre ! Et je vois que tu comprends l'importance pour eux, et l'intérêt pour toi en tant que cadre, d'être disponible et accessible pour tes employés.
- Il est vrai père ! Et d’ailleurs... »

Je regarde alors Jérôme, le directeur de la production dont je suis le stagiaire, et reprends confiant:

« J’ai proposé une idée à Jérôme et elle eut le mérite de l’avoir agréablement surpris ! Je désire passer les trois prochains Eriels dans l’usine, avec nos hommes, à me familiariser avec tout ce qui fait leur quotidien : les machines, le matériel, les commandes, les contraintes, la difficulté et le train de vie. Ils apprendront à me connaître et je saurai, en partie du moins, sur quoi je travaillerai en tant qu’assistant de production. »

Mon supérieur direct ne sait plus trop où se mettre, face au silence gêné  de son patron. Ce dernier me regarde droit dans les yeux, regarde chaque personne présente dans la pièce, avant de revenir sur moi puis… Éclater de rire ! Un rire tonitruant emplit d’un coup la salle de réunion et personne ne bouge ou ne fait le moindre bruit, tous sont terrorisés.
Quant à moi je jubile.
J’ai atteint mon objectif.

« Eh bien, je suis heureux de voir que toutes ces dépenses n’auront pas été vaines et que tous ces Ambriels d’études particulières t’ont fait devenir un adulte, pas seulement avec un cerveau bien formaté à l’écoute, mais aussi avec une certaine logique et une once de stratégie ! »

Mon père se rapprocha de moi, du haut de son mètre quatre-vingt-sept, me prit par les épaules de manière un peu trop franche à mon goût, puis m’embrassa sur chaque joue avant de me donner une claque paternelle. Les gars applaudissent et je pourrais presque imaginer les plus faibles d'entre eux, verser dans le larmoyant.
Ils sont sérieux ? En quoi est-ce supposé symboliser quoi que ce soit ? Tout le monde est fier pour moi, et moi j’ai la joue qui me lance…

Bon... Eh bien je suppose que je dois plutôt considérer ceci comme un bon départ.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ethan
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 28

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Mer 29 Nov - 16:44


Juste après la fameuse réunion, deux dériels plus tôt, Jérôme et moi avions parlé dans son bureau. Il m’avait demandé si je savais déjà éventuellement avec qui je voudrai être placé en binôme pour le Quartel à venir. C’était une question intéressante et je lui demandais s’il existait un poste qui me permettrait de faire un petit peu connaissance avec tout le monde.

« Autant votre père était d’accord de vous voir travailler avec ses employés pour apprendre un peu le métier, autant les seuls postes dans le genre sont des postes de "runner" ou de "cleaner" et je ne sais pas à quel point il peut avoir l’esprit ouvert vous concernant…
- Pas de soucis Jérôme, croyez-moi, je m’en occupe ! Je le connais bien et je veux juste gagner sa confiance et celle des autres employés. Malheureusement, vous savez autant que moi qu’il n’y a jamais de raccourci généralement… Donc, expliquez-moi ce qui constitue les fiches de postes de ces deux catégories ?
- Eh bien… Si vous le dites… En fait, les runners sont là pour apporter les matières premières sur les chaînes d’assemblage. On leur demande aussi de récupérer les produits finis et de les envoyer au stock pour qu’ils soient traités. C’est assez difficile, surtout si on ne connaît pas très bien la boite, mais tout le monde à commencer un jour. Pour les cleaners, c’est simple : passer dans les machines afin de nettoyer tous les restes qui peuvent venir gêner la production, ou détériorer les articles étant produits ultérieurement. Pas besoin de connaître tout l’entrepôt cette fois, mais tout ceci est plutôt dangereux et il y a beaucoup de consignes de sécurités à connaître et maîtriser.
- Eh bien, on dirait que ce sera cleaner alors ! »

Jérôme ne disait rien, il me fixait avec un regard étrange. Comme si la situation était pour lui totalement surréaliste – et à vrai dire, elle ne l’était pas qu’un peu : un futur jeune prodige des affaires, fils d’un des PDG, qui proposait au petit directeur de production qu’il était de le laisser avoir le rang le plus bas et le plus dangereux de l’usine… Il se rongeait les ongles, en faisant les cent pas dans son bureau encombré de paperasse en tout genre. C’était un endroit où les gars venaient récupérer les ordres de productions de la semaine, mais aussi où toutes les commandes entrantes ou sortantes étaient traitées et archivées, comme pouvaient en attester la douzaine d’armoires à dossiers ornant les murs de la pièce.

« Bon, écoutez…
- Vous pouvez me tutoyer, quand mon père n’est pas dans les parages je trouverai ça plus sympa, d’autant qu’on à pas mal de temps à travailler ensemble !
- Si tu veux, donc écoutes : je veux bien que t’inscrire sur le planning à ce poste, mais il faut que tu me promettes d’être quatre fois plus protocolaire dans les consignes de sécurités que n’importe qui d’autre. S’il t’arrive quoi que ce soit, ma tête saute… À quelques Ambriels de la retraite, ce serait dommage n’est-ce pas ?
- Ça ma paraît plus qu’équitable ma foi !
- Et aussi, dès le premier Dériel prochain, tu suivras Aleksei comme son ombre. C’est un des meilleurs cleaners de l’usine, il est à ce poste depuis une dizaine d’Ambriels. Et pourtant n’est qu’à peine plus vieux que toi ! Avec lui, tu apprendras vite, mais n’oublie pas s’il te plait : quadruples vérifications des consignes… De toute façon, il sera mis au courant de cette règle, je ne veux pas qu’il te demande de faire ce que lui-même fait. Il a perdu deux doigts, mais ça ne le dérange pas, je cite :  « Si elle mord, c’est que tu n’as pas été sage, sinon ça va généralement... » Tu vois ce que je veux dire ? Écoute tout ce qu’il a à dit sur le travail, mais utilise les bonnes façons de procéder.
- Vous pouvez me faire confiance ! »

Un grand et profond sourire rassurant émanait de mon visage à cet instant, Jérôme espérait que je reste en un seul morceau et que j’écoute les consignes.
Quant à moi ? Eh bien, je n’avais pas vraiment d’appréhension, je tenais trop à mes doigts ou à une quelconque partie de moi pour me mettre inutilement en danger. Non, de mon côté j’espérais juste que cet Aleksei soit sympa !


Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ethan
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 28

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Sam 20 Jan - 0:47


Dès le lendemain matin, à cinq heures précisément, j’étais en tenue devant la pointeuse et attendais Aleksei. Il arriva avec quelques minutes de retard, me passa devant en me regardant à peine, mais ne pointa pas son badge :

« Je l’ai oublié… Encore… Bah pas grave je suis à l’heure ! C’est toi le nouveau ?
- Oui ! C’est bien moi, je suis rav…
- Ouais « salut-enchanté-pas le temps » bouge toi on a du taf !
- Euh… Très bien ! »

À peine de sommaires présentations étaient faites, que je me retrouvais déjà à courir un peu partout dans l’usine en suivant mon nouveau mentor comme son ombre. Il avait les cheveux longs, blonds et un peu sales. Sa dentition laissait à désirer et pour ce qui était de son haleine, autant dire que je m’arrangeais toujours pour regarder dans une direction différente lorsqu’il me parlait en étant un peu trop proche ! Les machines faisaient un bruit assourdissant et nous étions obligés de porter des bouchons à mettre dans nos oreilles pour ne pas rapidement perdre en audition. À cela on rajoute bien sur les gants, des chaussures de sécurité, le pantalon et la veste de travail anti-coupure et ignifugés, de larges lunettes en plastique et un masque pour les vapeurs et fumées…
Constatation : je n’aurai jamais imaginé à quel point il faisait chaud là-dedans !
Et à vrai dire, nous n’étions pas encore allés vers les hauts fourneaux, fondant le métal destiné à la fabrication de toutes les pièces et commandes des différentes chaînes de montage.
Son accoutrement n’était pas le même : il portait une combinaison dont le haut était baissé et dont les manches étaient accrochées autour de la taille. Il ne revêtait qu’un simple débardeur gris bien délavé et empli de traces de cambouis, il portait aussi ses lunettes, mais ses gants dépassaient de la poche arrière de sa combinaison. Pour ce qui est du masque :

« Quel masque ? Ah oui le masque… Bah pas besoin, de toute façon ça va pas durer longtemps !
- Ça ne fait pas déjà dix Ambriels que tu travailles ici ?
- Dix ? Déjà ?!
- Eh bien… C’est-à-dire que…
- Ah ouais le temps passe vite ! »

Je le regardais travailler sans pour autant savoir s’il se jouait de moi ou pas…

« Et du coup ?
- Oui ?
- Tu sais, pour le port du...
- Eh bien, qu’est-ce qu’il y a ?
- Non, rien, oublie…
- Ah ? Euh, bon… D’accord ! »

Cette discussion tout simplement surréaliste ne m’appartenant plus, je décidais alors de le regarder travailler en silence, ne rompant ce dernier que de temps à autre afin de demander un complément d’information concernant une certaine manœuvre tout juste réalisée.

Ainsi, la première matinée fut intéressante bien que fade. Elle se déroula sans un mot inutile, sans événement et sans problème particulier.

Sur les coups des treize heures, quand la seconde équipe arriva pour prendre le relais, je décidais d’aller me restaurer avec lui à la petite cafétéria d’à côté, où tous les employés vont régulièrement manger.

« Ici c’est vraiment pas dégueu, et ton père nous a négocié un tarif hyper sympa ! Du coup, on mange tous ici et ça nous coûte à peine plus qu’un repas fait soi-même. Le petit plus tout de même : on a pas à faire la vaisselle et la carte change fréquemment ! » m’exposa-t-il avant d’éclater d’un rire malavisé.

Nous mangeâmes avec les autres employés du matin, mais personne n’osant vraiment trop parler devant le fils du patron, je finis rapidement mon assiette et demanda à Aleksei où se trouvaient les douches dans l’usine – bien que je le saches déjà. J’en profitais alors pour lui expliquer, un peu plus fort pour que d’autres l’entendent également, que je devais reprendre le travail d’ici une trentaine de minutes dans les bureaux, car mon apprentissage de la maison passait aussi par la gestion client et production ! Au moment de partir, je vis des regards s’échanger, tantôt chargés de scepticisme, tantôt de dénigrement. Enfin, certaines femmes trouvaient quand même que j’avais du mérite et l’expliquaient en raillant certains de leurs collègues masculins dans un climat plutôt bon enfant.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Gouvernement
Fondateur
Date d'inscription : 14/02/2017
Messages : 181
 (#Sam 20 Jan - 0:47
Le membre 'Ethan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Réputation' :
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Ethan
Date d'inscription : 31/10/2017
Messages : 28

Identité
Age: 24 Amb's
Logement: Viens de retourner chez mon vieux... youhoo...
Corpulence: Fine
 (#Sam 20 Jan - 0:48


L’après-midi fut difficile.
Pas tant sur le travail, car s’était de loin les choses les plus logiques que je voyais ou faisait de la journée, mais plus en termes de fatigue. J’avais un peu sommeil et c’était bien normal : se lever à quatre heures n’était pas ce que j’appellerai une seconde nature chez moi… Aussi, la journée fût péniblement longue et, une fois rentré chez mon vieux le soir même, je n’eus qu’à peine le temps d’encaisser un de ses sarcasmes concernant l’heure où je me couchais habituellement, avant de monter dans ma chambre et de me jeter sur mon lit si divin ce soir-là.

Le second réveil fut un soupçon plus douloureux que le premier. En effet, la veille m’ayant laissé quelques traces, je n’étais désormais plus qu’une seule et grosse courbature ; les douze heures de sommeil de la nuit n’ayant presque pas amoindri la chose. Je pris mon temps pour me laver, fit claquer une ou deux portes de manière plus ou moins étouffées, afin d’être sûr de réveiller mon père – petite vengeance pour la remarque d’hier soir ; puérile certes, mais tellement jouissive. Je pris un bon petit déjeuner et repartis pour Central.

Je profitais de la matinée pour discuter plus en détail avec Aleksei, de ces motivations, du temps passé ici, de la difficulté de son poste. Sur les coups des dix heures, je lui offris un café et nous continuâmes dans la salle de pause vide :

« Bah, tu sais, c’est pas si mal après tout ! J’ai un super salaire, du temps pour le dépenser, et au moins je me sens réellement utile aux gens : sans moi, c’est le vrai bordel ici. Les cleaners des autres équipes tournent sans cesse, des nouveaux arrivent et repartent dans la même semaine. Ils se blessent, ne comprennent rien, bref ici j’suis un peu le chouchou ! J’suis le gamin de l’usine ! dit-il avec un grand sourire heureux.
- Tu es arrivé jeune ici d’ailleurs, à ce que j’avais cru comprendre ?
- Ouais… J’avais rien et on m’a tout donné : un taf, une piaule et même de l’argent de poche. Du coup, je suis resté et j’ai bien appris ! Je suis cleaner parce que personne veut le faire, mais j’ai aussi été à la prod, runner et même à l’entretien des machines. Du coup, je fais gagner masse de temps à tout le monde dans l’équipe, et tu sais bien que du temps gagné c’est de la tune rentrée ! »

Je le regardais avec un certain respect. Contrairement à d’autres, il avait su tirer son épingle du jeu, se rendre indispensable ; et au vu de sa fiche de paye, qui hier m’est passée dans les mains de manière sommes toutes fortuites, il gagnait mieux sa vie que certains des cadres de l’entreprise.

« J’ai bien eu quelques soucis avec le second boss, mais après avoir atteint les objectifs de bâtard qu’il m’avait fixés trois ans d’affilée, il m’a lâché la grappe. Du coup là moins on se croise mieux on se porte…
- Ça ne m’étonne pas de lui. Je ne l’ai jamais aimé et il me le rend bien. C’est lui qui m’a appris la mort de ma mère et en rigolant le salaud.
- Ah ouais, dur…
- Bah, de l’eau a coulé sous les ponts, désormais je suis ici et c’est le passé. Bon du coup on s’y remet ? »

Je jetais le gobelet vide que je tenais puis me retournais vers la porte. Il me mit la main sur l’épaule et je vis dans ces yeux que j’avais gagné des points avec ces informations offertes sur mon passé et ces quelques minutes autour de ce café. Après tout, l’ennemi de mon ennemi est mon ami, non ? Décidément, les plus vieux tours, qui sont aussi les plus simples, fonctionnent toujours. Il suffit de trouver la personne et l’anecdote qui fait mal pour que n’importe qui compatisse, et ce, sans avoir besoin de faire un quelconque mensonge.
C’est juste magnifique.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
 (#
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Antinomia :: Moscou :: Central-